Dans le courant du 22ème siècle, la convergence des NBIC (Nanotechnologies, Biotechnologies, Informatique et sciences Cognitives), de la singularité technologique et du transhumanisme ont modifié le concept d'humanité.

L'esprit, appelé égo, peut se numériser et donc être transféré dans tous types de corps, appelé morphe, qu'il soit biologique, synthétique ou robotique. Il est également possible d'être un infomorphe, c'est-à-dire rester sous une forme purement numérique, sans aucun corps physique.

La mort n'existe quasiment plus car on peut sauvegarder son égo et le recharger dans un autre morphe en cas de décès... à condition d'en avoir les moyens car cette technologie coûte quand même très chère. Les riches sont donc immortels, mais rassurez vous il existe une solution simple pour les pauvres : passer un contrat avec une gentille corporation qui financera l'opération en échange de quelque chose (au hasard travailler chez eux gratuitement pendant les 100 prochaines années...) et oui il faut bien vivre ma bonne dame !

Des intelligences artificielles connectées aux ego des transhumains, appelées muses, les assistent en temps réel dans tous les actes du quotidien. La réalité augmentée et la réalité virtuelle sont omniprésentes dans les sociétés transhumaines. Des assembleurs nanotechnologiques en libre service, les fablab, permettent de créer n'importe quel objet, à volonté.

Enfin le voyage spatial est rendu possible grâce au transfert d'égo à la vitesse de la lumière (égo-diffusion) ou via des vaisseaux, ce qui a permis à l'humanité de créer des colonies disséminées dans le système solaire.